Accueil > Les parcours de soins> La médecine nucléaire> La détection du ganglion sentinelle

La détection du ganglion sentinelle

La détection du ganglion sentinelle, pour quoi faire ?

La scintigraphie du ganglion sentinelle est un examen pratiqué avant l’intervention chirurgicale du sein. Elle permet de localiser le ou les ganglions que le chirurgien devra enlever lors de l'opération afin de déterminer s'il y a eu propagation ou non de la maladie vers les ganglions lymphatiques de l'aisselle.
La scintigraphie est généralement pratiquée la veille ou le matin de l’opération, dans un service de médecine nucléaire. Elle passe par l’injection d’une faible quantité de produit radioactif dans le sein, au niveau de l'aréole ou en périphérie de la lésion. Ce produit diffuse ensuite via les canaux lymphatiques, jusqu’aux ganglions appelés ganglions sentinelles qui sont les premiers ganglions qui drainent le sein.
Elle est souvent complétée, en salle d’opération, par une injection de colorant bleu (on parle de technique du bleu patenté). Cette injection provoque des urines bleues pendant 24h après l'opération et le sein conserve une trace bleutée pendant plusieurs semaines qui disparait spontanément.
Contrairement à une idée souvent répandue, la scintigraphie du ganglion sentinelle ne permet pas d’indiquer si le ganglion est malade ou sain. Elle indique uniquement où il se trouve.


Comment se déroule l’examen ?

L’examen est réalisé la veille ou le matin de l'intervention chirurgicale. Après avoir rempli son dossier administratif avec la secrétaire du service, la patiente est prise en charge par un médecin qui lui explique les modalités de l'examen et procède à l'injection du traceur. Après l'injection, il lui est demandé de masser son sein pendant 5 à 6 minutes. Un délai de 1 à 2 heures est nécessaire pour que le produit atteigne les ganglions de drainage du sein. Pendant ce laps de temps, la patiente est libre de quitter le service. Ce marquage reste valable pendant au moins 24 heures.
Deux heures environ après l'injection du traceur, un manipulateur réalise une image scintigraphique de 3 à 4 minutes qui permet de localiser le ou les ganglions sentinelles. Puis le médecin repère sous caméra l'emplacement du ganglion, et réalise un marquage au feutre indélébile sur la peau (une croix) pour le localiser. On peut utiliser deux sortes de machines différentes pour réaliser les images. La première ressemble à un gros scanner et nécessite d’être allongée, les bras placés au-dessus de la tête. La seconde machine est plus petite et la patiente doit généralement se placer debout ou s’assoir devant l’appareil.

 

Comment bien préparer son examen ?

Il n'y a pas de contre-indication à la réalisation de cet examen en dehors d'une éventuelle grossesse ou d'un allaitement. Il convient donc d’indiquer au personnel une éventuelle grossesse.
Il faut prendre avec soi la lettre ou l'ordonnance de son médecin, les documents ou le dossier remis par le chirurgien, ses résultats d'imagerie du sein (mammographie, IRM), sa carte vitale avec l’attestation de droits sur laquelle figure la déclaration du médecin traitant.
Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.
 

Des effets secondaires ?

Il n'y a pas d'allergie connue aux produits utilisés en médecine nucléaire. Les doses utilisées sont très faibles et n'entraînent pas de réaction de l'organisme. Le rayonnement est sans danger. Les seules contre-indications sont une grossesse éventuelle et l'allaitement. Si vous êtes enceinte ou pensez l'être, signalez-le au personnel du service. En outre, si vous avez un enfant en bas âge, évitez de le prendre dans vos bras pendant les quelques heures qui suivent l’examen.
 

Des examens sont-ils remis à la patiente ?

Oui. La patiente repart du service avec les images, à moins que les résultats ne soient transmis directement au chirurgien en salle de bloc opératoire.
 

Combien ça coûte ?

L'examen est pris en charge à 100 % par l'organisme de sécurité sociale, sous réserve de l'ouverture effective des droits (la carte vitale doit être à jour) et de la déclaration du médecin traitant auprès de cet organisme.

 

 

Pour toute question relative à votre situation personnelle, contactez votre assistante de parcours. Elle est là pour vous accompagner et vous orienter tout au long de votre parcours de soins.

 

A lire aussi sur notre site :

La scintigraphie osseuse

Le TEP-SCAN

La fraction d'éjection isotopique

L'échographie mammaire

L'IRM mammaire

La biopsie mammaire
Le repérage

La chirurgie

La chimiothérapie

La radiothérapie

L'hormonothérapie

Les thérapies ciblées

Le suivi cardiologique

La kinésithérapie

Les soins de support

Le suivi psychologique

L'homéopathie

L'addictologie

La sexologie

L'algologie

Les parcours de soins